0 2 minutes 1 an

À plus de 70 ans, ils continuent d’enseigner, en République démocratique du Congo. Même âgés, les fonctionnaires travaillent encore. Ils attendent désespérément une retraite, et une reconnaissance qui ne viennent pas. Depuis plusieurs années, les agents de l’état semblent oubliés, et restent à leur poste indéfiniment.

« Les enseignants devraient être mieux traités », explique l’enseignant de 84 ans Bayard Kumwimba Dyuba. « Nous sommes presque abandonnés, les enseignants sont presque abandonnés ».

En septembre 2021, le ministre de la fonction publique Jean-Pierre Lihau avait estimé à 350 000 le nombre d’agents en âge de partir à la retraite.

« Cela fait 30 ans que j’attends ma retraite, que l’on me donne ne serait-ce que les 25 000 dollars que j’attends, pour partir », ajoute Françoise Yumba, directrice de l’école primaire de Kibalamite âgée de 78 ans.

Pourtant, une loi de 2016 stipule que les travailleurs peuvent partir à la retraite dès l’âge de 65 ans ou après avoir effectué 35 années de carrière.

« Après trente-cinq ans de service, on doit être à la retraite, mais vous voyez que j’ai 80 ans. Il y a des gens qui ont 100 ans qui continuent à travailler, ce n’est pas tenable », déplore le chef fonctionnaire du district de Singa Mopepe Yantula Bobina Pierre Elengesa, âgé de 80 ans. « Les autorités doivent simplement appliquer la loi, c’est tout ! Le document clé est la loi – à un certain âge, vous devez prendre votre retraite, et c’est tout. »

Le ministère de la fonction publique n’a pas précisé quelles étaient les mesures prises pour permettre le départ des agents en âge de partir à la retraite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *