0 3 minutes 8 mois

Les urgences sanitaires liées au climat sont en augmentation en Afrique, où les inondations fréquentes et les maladies hydriques aggravent les crises, s’est inquiétée mercredi l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Selon une analyse de l’OMS, ces urgences représentent « plus de la moitié des évènements de santé publique enregistrés dans la région au cours des deux dernières décennies », note un communiqué de son bureau régional. Cette analyse montre que « 56% des 2 121 évènements de santé publique enregistrés dans la région africaine entre 2001 et 2021 étaient liés au climat ».

En Afrique, « les inondations fréquentes et les maladies hydriques et à transmission vectorielle aggravent les crises sanitaires », a déclaré la directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, Matshidiso Moeti, citée dans le communiqué.« Bien que le continent contribue le moins au réchauffement climatique, il en subit toutes les conséquences », a-t-elle estimé.

Maladies hydriques

L’OMS célèbre jeudi la journée mondiale de la santé sur le thème « notre planète, notre santé ». Elle recommande « aux gouvernements de donner la priorité au bien-être humain dans toutes les décisions clés, d’arrêter les nouvelles prospections et subventions aux carburants fossiles, de taxer les pollueurs et de mettre en œuvre [ses] directives sur la qualité de l’air ».

En Afrique« les maladies diarrhéiques constituent la troisième cause de maladies et de décès des enfants de moins de 5 ans. Une proportion considérable de ces décès peut être évitée avec de l’eau potable sûre, une hygiène et un assainissement adéquats », note l’OMS.

Selon l’organisation internationale, les maladies hydriques ont représenté 40% des urgences sanitaires liées au climat au cours des deux dernières décennies.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *