0 3 minutes 10 mois

Les dirigeants européens et africains ont entamé jeudi la réécriture de leur partenariat à l’ouverture du 6e sommet entre les deux parties à Bruxelles.

Mot de fin d’Emmanuel Macron après avoir énuméré les nombreux défis auxquels le continent africain est confronté, faire de ces retrouvailles une réussite, 5 ans après Abidjan. Le ton a été donné des le départ par les leaders africains, aller au delà des formulations théoriques et revoir les mécanismes qui ont jusqu’ici montré leurs limites.

Et alors même qu’il s’est félicité du désir conjoint des deux instances régionales à partir sur de nouvelles bases , le président de la commission de l’union africaine Moussa Faki Mahamat a affirmé le droit des pays africains à se choisir des partenaires ou qu’ils se trouvent.

« L’Afrique développe une diversité de partenariats qui n’a pas la même histoire, ni la même ampleur que celle de notre partenariat avec l’Europe. Ces nouveaux partenariats ne sont pas moins pertinents et avantageux pour l’Afrique et, de ce point de vue, sont dignes de respect et de prise en compte » a déclaré Moussa Faki Mahamat, le président de la commission de l’union africaine.

Autre point susceptible de rendre les discussions tendues ce vendredi au conseil européen, le débat sur les combustibles fossiles. L’Europe pousse pour un abandon des fossiles au profit de sources d’Energie plus propre. A son arrivée au sommet de Bruxelles ce jeudi, le président sénégalais et président en exercice l’union africaine Macky sall a déclaré qu’il y avait encore des divergences sur le financement des énergies fossiles. Le sujet est d’autant plus sensible que la question est de savoir jusqu’où l’UE peut aller dans le financement de ce type de projets

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *