0 2 minutes 6 mois

Les frontières terrestres entre l’Espagne et le Maroc à Ceuta et Melilla, villes enclavées d’Afrique du Nord, ont commencé à rouvrir après avoir été fermées pendant un peu plus de deux ans en raison de la pandémie de COVID-19 puis d’une crise diplomatique entre les deux pays.

Les portes se sont ouvertes peu après 23 heures, heure locale (2200 GMT), lundi soir, laissant passer des dizaines de voitures et des files de piétons dans les deux sens.

Les passages ont été limités dans un premier temps aux résidents de l’espace Schengen sans passeport et aux membres de leur famille, et seront étendus aux travailleurs transfrontaliers d’ici la fin du mois.

Le président de la région de Melilla, Eduardo de Castro, a déclaré à la radio publique espagnole RNE que le trafic s’était déroulé comme prévu au cours des premières heures.

« Les choses sont tout à fait normales, il n’y a pas de foule massive« , a-t-il déclaré, ajoutant qu’il s’attendait à ce qu’il faille « plusieurs mois » pour que les contrôles douaniers soient rétablis.

Les économies locales des deux côtés des clôtures qui séparent les  enclaves espagnoles du Maroc, dans le nord-ouest de l’Afrique, dépendent fortement des passages de marchandises et de travailleurs.

Madrid et Rabat s’efforcent d’améliorer leurs relations après une année de conflit centré sur la région contestée du Sahara occidental, une ancienne colonie espagnole annexée par le Maroc en 1976.

La réouverture des frontières terrestres mardi est intervenue exactement un an après la reprise du trafic maritime entre les deux pays. Le trafic de ferries entre les deux pays a repris il y a plusieurs semaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *