0 10 minutes 2 mois

1.Pouvez-vous vous présenter à nos lectrices et lecteurs s’il vous plaît ?

Je suis né et j’ai grandi à Dakar, au Sénégal. J’ai 28 ans et je suis écrivain, auditeur, et traducteur. Je suis également chef d’entreprises (International Business Firm et Influences magazine), ambassadeur de la Croix-Rouge sénégalaise et secrétaire exécutif de l’office régional pour la coopération et l’intégration interafricaines.

2.Si vous deviez vous définir en 3 mots, que choisiriez-vous?

Ah c’est difficile de parler de soi ! Mais j’ai sur le bout de la langue, trois mots qui décrivent au mieux ma personnalité. Je suis hyper-actif, impatient et courageux.

3.Pouvez-vous nous parler de votre parcours ?
J’ai effectué la quasi-totalité de mes études au Sénégal. En 2012, j’ai participé et réussi l’examen national du Certificat d’Aptitude Professionnelle d’aide-comptable avec la mention bien. J’ai obtenu le baccalauréat en 2013, avant d’entamer une formation en audit comptable dans une université britannique, la British Business College.
Par la suite, j’ai rejoint l’Institut Privé de Gestion de Dakar où j’ai obtenu une Licence en Comptabilité et Contrôle de Gestion en 2016.
En 2017, j’ai migré vers la Tunisie où j’ai décroché mon Master en Comptabilité, Contrôle et Audit (CCA) à l’université de Montplaisir, en 2019.
J’étais un élève curieux, très agité et studieux. J’ai été dans des classes d’excellence entre la seconde et la terminale.
Afin de découvrir le monde professionnel, j’ai effectué un stage au COSEC, qui m’a permis de réaliser très tôt que je n’étais pas fait pour passer mes journées derrière un bureau.
Je dois souligner que durant mon cursus académique, j’ai suivi en parallèle une formation certifiante en Traduction et Interprétation et j’ai également fondé mon entreprise, International Business Firm, en 2015. À l’époque, c’était un cabinet de traduction. J’ai donc décidé avec beaucoup de courage d’entamer une carrière d’entrepreneur, malgré tous les avis contraires de mon entourage. Mais vous savez, nul ne peut échapper à son destin et aujourd’hui, alhamdoulilah, je ne regrette rien.
J’ai eu la chance, lors de mes premiers pas dans le milieu entrepreneurial, de collaborer avec des ambassades et des organisations internationales telles que l’UNOPS et le PNUD, notamment dans le cadre de mes services d’interprétation. Je dois avouer que ces collaborations ont permis à mon petit cabinet de l’époque de survivre financièrement mais aussi de se développer structurellement, en intégrant d’autres services à notre palette d’offres, tels que les cours de langue et notre magazine mensuel Influences.
Depuis septembre 2015, je dirige donc cette entreprise, avec laquelle je grandis au fil des années.

  1. Parlez-nous de votre parcours en tant qu’écrivain

Pour être honnête avec vous, je ne m’imaginais pas cette carrière d’écrivain que j’entretiens aujourd’hui. Mais nul ne peut échapper à son destin. Les livres m’ont fait connaitre partout dans le monde et ont impacté ma vie. Ma bibliographie est composée de 6 ouvrages qui évoquent des thèmes tels que l’entrepreneuriat, la jeunesse, le chômage, les violences basées sur le genre, la polygamie, le divorce ou la thérapie de couple. Il y a :
– Solutions pour la Jeunesse Africaine, un essai publié en 2018 aux éditions Alphabet
– Il suffisait d’y croire, roman autobiographique publié en 2020 aux éditions Finesse
– Le Destin de Diariana, roman publié en 2021 aux éditions Finesse
– Couleurs d’Afrique x Jardin Secret, recueil de poèmes publié en 2021 aux éditions Finesse
– Le Destin de Diariana tome 2, roman publié en 2022 aux éditions Finesse
-Mille et une pièces, roman publié en 2022 aux éditions Finesse.

  1. Quel livre, préférez-vous le plus parmi vos œuvres ?

Si je venais à le dévoiler, j’ai peur que mes lecteurs ne trouvent plus d’intérêt à lire pas le reste de ma bibliographie. (Rires). Mais je dois avouer tout de même que mon 2ieme livre, ‘’Il suffisait d’y croire’’ est mon préféré. Les raisons de ce choix sont d’ordres personnels. En effet, lors de la rédaction de ce livre, je me suis davantage découvert sur le plan émotionnel. Il m’est arrivé de verser de chaudes larmes, seul, dans mon salon, au niveau de certains chapitres. Mis à part cet état de fait, ce livre représente, si vous voulez, une archive, des moments déclencheurs et décisifs de ma carrière d’entrepreneur et d’écrivain.

  1. Quel est l’avenir du secteur de l’édition en Afrique ?

Je suis très optimiste pour l’avenir du secteur de l’édition en Afrique. « Conakry, Capitale Mondiale du Livre » est un exemple de la réussite africaine sur le plan de l’édition et de la littérature. Il faut aussi souligner que dans certains pays d’Afrique, le livre est valorisé et promu à sa juste valeur. Je réalise avec grand plaisir qu’il occupe surtout une place de choix dans le système éducatif.
Beaucoup d’initiatives telles que des foires ou salons du livre voient le jour un peu partout sur l’étendue du territoire Africain. Et ces rencontres, vous le devinez permettent à la jeunesse africaine de prendre goût à la lecture et aux éditeurs et écrivains de vivre de leur art. L’avenir est radieux !

  1. Quels sont vos projets d’avenir?

Vous faîtes bien de poser cette question. Je suis heureux d’annoncer à travers ce canal, la publication prochaine de mon 6ieme livre intitulé ‘ « Mille et une pièces ».
Sa date de parution est prévue pour le 20 août 2022.

  1. Parlez-nous de ce livre s’il vous plaît. Dans votre dernier roman « Le destin de Diariana » qui a été un franc succès vous faites un plaidoyer pour la cause féminine. Que peut-on attendre de celui-ci ?

« Mille et une pièces » est mon 4iéme roman. Dans ce livre je brosse le tableau d’une famille monoparentale. Les thèmes de société abordés dans ce livre et qui nous concernent tous sont entre autres : la connaissance, l’attitude et le rôle parental, savoir guérir de l’absence d’une mère, la responsabilisation des enfants, les devoirs et droits des parents envers leur progéniture et vice-versa. Je fais aussi un plaidoyer relatif à la pression et la toxicité des commentaires et jugements émis par une frange de la société envers les familles monoparentales.

Un homme réussi seul, et avec brio, malgré tout, à éduquer son fils et à lui offrir une meilleure vie. Il me semblait important de partager son exemple afin d’encourager et donner de l’espoir à tous ces pères célibataires qui se battent, seuls, au quotidien pour leurs enfants. Je voulais aussi déconstruire ce mythe qui rendait cette mission monoparentale quasi-impossible pour le sexe masculin.

9.Quelles sont les trois qualités d’un leader ?

Je dirai l’humilité, la sagesse et le courage.

  1. Que pouvez-vous conseiller aux jeunes générations pour atteindre leurs objectifs?

Mon message, je l’adresserai directement à la jeunesse africaine. Réussir sur notre continent est le parcours du combattant donc il faut un cocktail de prérequis. Tels que l’abnégation, la patience, le courage, l’intelligence émotionnelle, la rigueur, une confiance aveugle en soi, le sérieux et l’humilité. Ces prérequis sont indispensables pour réussir en Afrique.
Ensuite, il faudra travailler. Et comme le disait le président Abdoulaye Wade, il faut travailler, encore travailler, beaucoup travailler et toujours travailler.

  1. Citez 3 avantages de l’entrepreneuriat en Afrique?

Il n’ y a que des vavantages de toute façon (rires). Je citerai la baisse drastique du chômage, la création de valeur ajoutée dans l’économie, et de solutions innovantes et impactantes pour les populations.

12. Quelques mots sur www.arcareconcept.com notre blog et ce cadre d’échange

Je dois d’abord vous remercier pour l’intérêt porté sur ma personne et mon travail. Votre ligne éditoriale est assez démarquée de ce qui se fait et qui existe déjà. J’espère que vous avez conscience de cela car vous devrez en faire votre cheval de bataille.
Vous évoluer dans le secteur de la communication. C’est un domaine vaste, complexe et très sensible. Mais vous êtes jeunes. Et pour la jeunesse, même le ciel ne devrait être une limite. Avec le temps, et de la constance, tout fini par se concrétiser. Rome ne s’est pas construit en un jour. Donc foncez ! Que le Tout-Puissant guide vos pas. Amine

Propos recueillis par Soumaila Diakité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.