0 3 minutes 6 mois

Depuis le putsch militaire au Mali, mardi 18 août 2020, u un comité de transition a été mis en place. À sa tête, le colonel Assimi Goïta, un jeune militaire, jusque-là inconnu, s’est forgé en quelques jours une réputation d’homme sérieux et à l’écoute.
Treillis beige et kaki, barbe naissante soigneusement entretenue, le colonel Assimi Goïta, le visage impassible, tint sa première conférence de presse deux jours après le coup d’État au Mali. Il se présentait comme le président du Comité national pour le salut du peuple.
L’homme en treillis était inconnu du grand public, à l’étranger comme à l’intérieur du pays. Jeune (né en 1983, il a moins de quarante ans), il a été formé dans les meilleurs établissements militaires maliens : le Prytanée militaire de Kati, dans la banlieue de Bamako, et l’École interarmes de Koulikoro.
Boursier, il est allé se former aux États-Unis, en Allemagne et en France, puis a été nommé chef des Forces spéciales maliennes basées dans le centre du pays, une région minée depuis 2015 par les violences djihadistes. Cette expérience lui a valu des compliments appuyés : rigoureux, sérieux et crédible. « Son parcours au sein de l’armée malienne est très linéaire et traditionnel, tous les haut gradés ont reçu des bourses pour enrichir leur formation à l’étranger. Cependant son expérience sur le terrain le dissocie des classes dirigeantes précédentes.
Assimi Goïta jouit d’une certaine popularité désormais.
Et mieux, la population malienne supporte et soutien ses prises de décisions notamment vis à vis de l’ancien colon Français.
Qui est donc cet nouvel homme fort du Mali? Je vous invite à découvrir son parcours dans cette nouvelle édition du mois de Septembre. J’en profite pour souhaiter une bonne rentrée à tous !

Ismaila Badji

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *