0 3 minutes 6 mois

Le chef de l’armée soudanaise s’est rendu en Érythrée lundi pour rencontrer le président Isaias Afwerki. Il s’agit du dernier voyage international du général depuis que des combats ont éclaté entre son armée et une force paramilitaire rivale à la mi-avril, ont indiqué les médias d’État.

Le général Abdel Fattah al-Burhane est à la recherche d’un soutien international depuis que les tensions avec les forces paramilitaires de soutien rapide, commandées par le général Mohamed Hamdan Daglo, ont débouché sur des combats ouverts qui ont réduit la capitale du Soudan, Khartoum, et les villes voisines d’Omdurman et de Bahri, à des champs de bataille urbains.

L’agence de presse soudanaise SUNA a déclaré que les entretiens entre al-Burhane et Isaias Afwerki porteraient sur les relations bilatérales et le conflit au Soudan.

Depuis des années, les relations entre l’Érythrée et le Soudan sont tendues. Le Soudan accueille quelque 126 000 réfugiés érythréens, dont beaucoup ont fui les persécutions politiques dans l’un des pays les plus répressifs du monde, selon l’agence des Nations unies pour les réfugiés. Des groupes tribaux influents de l’est du Soudan, qui militent depuis longtemps en faveur d’un État séparé – notamment les Beja – ont été soutenus par le gouvernement d’Afwerki.

Cette visite est la quatrième rencontre diplomatique de haut niveau d’al-Burhane au cours des deux dernières semaines. La semaine dernière, il a rencontré l’émir du Qatar, Cheikh Tamim bin Hamad Al Thani, à Doha. La semaine précédente, il avait rencontré le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi dans la ville côtière égyptienne d’El-Alamein.

Peu de détails ont été rendus publics sur ces deux voyages.

Les combats font rage au Soudan. Dimanche, une attaque de drone sur un marché ouvert à Khartoum a tué au moins 43 personnes. Dans la région occidentale du Darfour, théâtre d’un génocide au début des années 2000, le conflit s’est transformé en violence ethnique, le FSR et les milices arabes alliées attaquant les groupes ethniques africains, selon les groupes de défense des droits de l’homme et les Nations unies.

Le conflit a fait plus de 4 000 morts, selon les Nations unies. Les médecins et les militants affirment que le bilan réel est probablement beaucoup plus élevé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *