0 3 minutes 2 ans

Il y a encore quelques jours, on enviait la liberté des Italiens attablés dans les restaurants. Mais ces établissements vont devoir à nouveau fermer leurs portes. Confronté à une troisième vague, le pays s’apprête à confiner sa population à partir de lundi, a annoncé ce vendredi le ministère italien de la Santé. Ces mesures « entreront en vigueur à partir du lundi 15 mars », a-t-il précisé. 

« J’ai conscience que ces mesures auront des conséquences sur l’éducation des enfants, sur l’économie et notre état psychologique à tous », a reconnu le Premier ministre, Mario Draghi, même si 44% des Italiens y sont favorables, contre 30% deux semaines plus tôt, selon un sondage publié le week-end dernier par le quotidien Il Corriere della Sera

De nombreuses régions virent au rouge

Ainsi, les régions les plus peuplées de la péninsule, notamment la Lombardie, poumon économique du pays, et le Latium, la région de la capitale Rome, seront classées en « rouge » (risque élevé), entraînant la fermeture des écoles, celle des bars et des restaurants. Les déplacements seront limités aux impératifs de travail, à l’achat de produits de première nécessité et aux urgences de santé. 

Outre le Latium et la Lombardie, passeront également en « rouge » l’Emilie-Romagne (région de Bologne), le Piémont (Turin), la Vénétie (Venise), le Frioul-Vénétie Julienne, le Trentin, les Marches (nord), les Pouilles (talon de la botte au sud). Ces régions rejoignent la Campanie (région de Naples, sud) et le Molise (sud), qui étaient déjà classées « rouge ».

Cette annonce intervient au moment où l’Italie a dépassé la barre des 100.000 morts depuis le début de la pandémie ce lundi. « Au cours de la dernière semaine, 150.175 nouvelles contagions ont été enregistrées contre 130.816 la semaine précédente, soit une augmentation de presque 15% », a déploré Mario Draghi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *