0 4 minutes 3 ans

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé vendredi une exemption d’impôts pour près d’un million de petits commerces et des mesures pour combattre l’inflation, dans un contexte de difficultés économiques qui préoccupent les électeurs.

Parmi les mesures principales annoncées par le chef de l’Etat lors d’un discours d’une heure à Istanbul, figure une exemption d’impôt sur le revenu pour 850.000 coiffeurs, plombiers et autres petits commerçants et artisans. M. Erdogan a aussi érigé la lutte contre l’inflation comme l' »un des principaux objectifs » de son gouvernement, avec pour but de « la faire retomber à un chiffre ».

La hausse des prix, qui est devenue l’une des principales préoccupations des Turcs, s’élevait en février à 15,61% en rythme annuel, selon les chiffres officiels. Pour tenter de la juguler, M. Erdogan a notamment annoncé la création d’un « comité de stabilité des prix » et affirmé que pour les biens et services dépendant des pouvoirs publics, la hausse des prix serait fixée non pas sur l’inflation réelle, mais sur l’inflation anticipée, qui est moins élevée. La Turquie va en outre s’efforcer de réduire la part des emprunts libellés en devises étrangères qui plombent de nombreuses entreprises dont la dette s’alourdit mécaniquement à mesure que la livre turque perd de sa valeur face au dollar ou à l’euro, a-t-il ajouté.

Après avoir connu une décennie de forte croissance, la Turquie est confrontée depuis 2016 à d’importantes difficultés économiques, notamment l’inflation et l’érosion de la livre turque. Ces problèmes ont coûté à M. Erdogan les municipalités d’Istanbul et Ankara lors d’élections locales en 2019 et inquiètent le président turc, à deux ans d’un double scrutin législatif et présidentiel crucial.

Nombre d’économistes mettent ces difficultés sur le compte d’une mauvaise gouvernance économique, basée sur une croissance à tout prix alimentée par une consommation à crédit qui a lourdement endetté les ménages.

Face aux problèmes croissants, M. Erdogan avait remplacé en novembre le ministre des Finances et le chef de la Banque centrale, une mesure saluée par les économistes, et promis des « remèdes amers » pour redresser la barre. Signe toutefois de la déception des marchés qui attendaient vendredi plus d’annonces concrètes pour régler les problèmes structurels de l’économie, la livre turque perdait plus de 1,5% en valeur face au billet vert à 14H00 GMT.


Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé vendredi une exemption d’impôts pour près d’un million de petits commerces et des mesures pour combattre l’inflation, dans un contexte de difficultés économiques qui préoccupent les électeurs.
Parmi les mesures principales annoncées par le chef de l’Etat lors d’un discours d’une heure à Istanbul, figure une exemption d’impôt sur le…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *