0 9 minutes 10 mois

Ismaila Badji, publie son 5iéme livre, le tome 2 du  »DESTIN DE DIARIANA », un roman inspiré d’une histoire réelle. Dans ce livre, l’auteur brosse de nouveaux thémes de sociétés à travers sa narration: l’entrepreneuriat féminin, le remariage, l’infidélité, entre autres. Il nous revient cette fois avec une proposition, existante, mais, encore méconnue et/ou incomprise par nos sociétés africaines. Pourtant, il le pense, cela pourrait garantir l’équilibre dans les ménages; en l’occurrence  »la thérapie de couple ». Cette derniére, est une science exercée par un psychothérapeute dans la plupart des cas et dont la mission principale est de défaire les noeuds qui sont bien souvent à l’origine des maux entre les conjoints, tels que: la commuication, la vie financiére et la sexualité dans un couple (…) Le livre compte 190 pages. Il est edité et publié par les Editions Finesse. La parution officielle est prévue le 24 janvier 2022 à Tunis.

L’entrepreneuriat féminin…

L’orchestre était prêt. Diariana approchait à pas lents vers le podium. Joe qui faisait les chœurs souria lorsqu’il l’aperçu. Elle était sublime dans sa robe en soie étincelante, sous le feu des projecteurs. Elle monta les trois marches du podium et avança lentement au milieu de celui-ci, sous les acclamations et les sifflets du public, épaté par l’apparence de la jeune dame; au déhanché enivrant et rhytmé par ses talons. Diariana perdait sa timidité lorsqu’elle était sur scène.

-Bonsoir ! lança-t-elle avec sa voix suave, au public qui répondait avec beaucoup d’enthousiasme.

Elle entonna les premières notes de la chanson ‘’ Je t’aime’’ qui était une reprise de Lara Fabian. Dans l’audience, se trouvait son prétendant Daouda. Cela faisait plus de six mois qu’il lui faisait la cours, elle n’avait pas encore accepté de lui ouvrir son cœur. Etait-ce dû à ses blessures du passé ? Le moins qu’on puisse dire c’est qu’elle n’était pas prête à accepter de vivre sous les ordres d’un homme. D’autant plus qu’à ce stade de sa vie elle était financièrement indépendante. La jeune cantatrice était fière de la vie qu’elle menait. De temps à autre, elle se rendait à l’étranger pour acheter de la marchandise qu’elle revendait en gros à ses clients. Elle importait des denrées alimentaires, des vêtements et des produits cosmétiques. Elle était devenue une femme d’affaires. Du moins pendant la journée, car la nuit tombée, elle se transformait en une déesse indomptable du micro(…)

Le remariage…

Leur voix ainsi que les coups de klaxon avaient suffi pour alerter le voisinage de la présence de la mariée. La porte de la voiture fut ouverte et Diariana posa ses talons sur le sol. Avec l’aide  de sa mère elle en sortit et se tenait à présent debout face à ces gens qui l’aiment et la connaisse depuis sa naissance. Les griottes tapotaient le bout de leurs lèvres afin de créer de l’écho et une vibration du son mélodieux qui sortait de leur bouche. Diariana afficha un large sourire lorsque sa tante étala un pagne traditionnel sur le sol et sur lequel elle devait marcher. Cet acte représentait à la fois un signe d’honneur et un compliment de haute facture quant à l’élégance et la beauté de la tenue de la mariée.

Alors que le bouche à bouche s’intensifiait, Diariana saisit le boucle de la ceinture qui maintenait le pantalon de son homme à la taille et entama sa manœuvre pour la défaire. Le pantalon tomba tout seul aux pieds de Daouda lorsqu’elle finit de le déboutonner. Daouda bandait déjà assez fort. Son pénis avait formé une bosse dans son caleçon. Les deux tourtereaux se tenaient encore debout. Daouda, lui aussi, avait réussi à enlever les crochets du soutien-gorge de son épouse, après multiples tentatives. Finalement, il l’ôta tranquillement et avait à présent les paumes de ses mains collées aux seins de Diariana, qu’il pressait légèrement par moment faisant soupirer celle-ci. Il glissa légèrement vers le bas du dos de son épouse et effectuait de sensuels massages sur le postérieur charnue et lisse de son épouse (…)

L’Infidélité

Le taxi suivait la voiture de son mari. Diariana était concentrée sur le trajet. Elle était en mode discrète avec son foulard et ses lunettes de soleil afin de ne pas se faire reconnaitre. Daouda s’arrêta devant une pâtisserie et en sortit quelques minutes plus-tard avec un carton emballé. C’était apparemment un gâteau. Il avait l’habitude de lui en offrir très souvent. Etait-ce pour elle ? Il reprit la route vers la banlieue sud, dans la commune de Guédiawaye. Diariana trouvait cela anormal car non seulement il s’éloignait du bureau, où il était censé avoir une réunion mais se diriger également vers une zone dans laquelle le couple ne se rendait jamais. Les deux voitures roulèrent pendant une vingtaine de minute, avant que son mari ne stationna sur la droite devant une villa assez modeste. Le taxi en fit de même avec une distance assez conséquente pour ne pas se faire remarquer.

Diariana ôta ses lunettes, prit son téléphone et alluma la caméra. Quelques minutes s‘écoulèrent, avant que de cette villa, ne sorte une jeune demoiselle, pimpante, qui ouvrit la porte de la voiture et s’assit à côté de son époux. Diariana n’en croyait pas ses yeux. Elle avait filmé la scène et avait pris le soin de bien cadrer la plaque de la voiture de son mari afin qu’il ne puisse pas nier… Daouda démarra sa voiture, fit demi-tour et se dirigeait à présent vers un lieu huppé de la capitale, les Almadies. Diariana décida de continuer sa filature. Il demanda au chauffeur de continuer à les suivre. Ils arrivèrent devant un restaurant chic et Daouda se gara devant celui-ci. Il descendit de la voiture, Aida fit de même. Il rejoignit la jeune dame, saisit sa main et lui fit un baiser. Diariana tenait sa caméra d’une main et mit l’autre sur sa bouche. Le taximan regardait la scène, et sentait la douleur et la déception de sa cliente(…)

La thérapie de couple ( la réconciliation)

Diariana venait de mettre de l’encens, qui parfumait la pièce. Sa subtilité était vivement appréciée par Daouda. Elle avait porté ce jour, ses chaines de reins qui faisaient du bruit lorsqu’elle posait des pas. L’ambiance dans la pièce était à présent plongée dans la séduction. Daouda l’avait compris lorsque Diariana, s’assit à côté de lui et lui proposa de lui donner à manger, elle-même. Daouda était dans les nuages, il avait les yeux fixés sur sa femme, il la regardait avec désir et charme. Diariana par moment, faisait des va-et-vient avec un déhanché provocateur, entre la cuisine et le salon. Et avec une chalance et tous ses talents de séductrice qu’on lui connaissait. Lorsque Daouda finit de prendre son petit-déjeuner, Diariana l’invita à la rejoindre dans la chambre conjugale. Les époux se retrouvèrent de la plus belle des manières pendant un moment intense de plaisir charnel. Le Dr Ngom, recevait ce jour-là, le couple. Dans son duplex, chez lui. Il commença par les présentations habituelles avant de commencer la consultation. Il s’en suivit plusieurs autres rendez-vous qui avaient aider à rétablir la confiance entre les époux, mais aussi leur avait permis de reprendre une vie de couple normale sur de nouvelles bases (…)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *